D’autres manières d’être vivant

C’est dans la belle auberge de Combovin que la Raye en transition a organisé jeudi 9 décembre, une rencontre avec le philosophe et écrivain Baptiste Morizot.

Fort de ses multiples rencontres avec la faune sauvage, le philosophe s’est employé à partager sa vision de notre monde, où l’homme a relégué la nature à la fonction de décor.

Baptiste Morizot, 9 décembre 2021

Au travers de sa rencontre avec les ours bruns du parc américain du Yosemite, le philosophe a remis l’humain à sa place : celle d’un acteur du monde vivant comme les autres, qui face à plusieurs plantigrades, peut redevenir une proie. Et la situation nécessite alors de se remettre à l’écoute de cette nature et de rétablir un dialogue.

Évidemment, pour rétablir ce dialogue, il faut en apprendre les clés, savoir observer. C’est à cet exercice que Baptiste Morizot invite tous ses semblables : redécouvrir la nature qui nous entoure et ne plus la considérer comme accessoire des activités humaines.

La mise en perspective de nos relations avec la nature nous a semblé nécessaire pour élargir la vision d’un monde en transition : Ce mouvement n’est pas une simple réponse au changement climatique et à la dégradation de la biodiversité, c’est aussi une façon de replacer les activités des hommes dans le fonctionnement de notre monde. Sans cela, notre espèce n’aura été qu’une des variations de l’évolution du vivant, qu’une manière bien peu élégante d’être vivant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Contact to Listing Owner

Captcha Code